UN CHOIX DECISIF POUR L’AVENIR DES LE 7 NOVEMBRE #JeVoteCGT #Capgemini

Fermeture de fin d’année : VICTOIRE DE LA CGT CAPGEMINI !

Jeudi 7 novembre 2019, par CGT CAPGEMINI // Capgemini DEMS (Ingénierie)

 C’est gagné pour les salarié.e.s DEMS sur la fermeture de fin d’année. La CGT Capgemini fait condamner Capgemini DEMS.

        • Le 6 novembre 2019

Pendant plusieurs années la CGT Capgemini a cherché à trouver une solution négociée pour la fermeture de fin d’année chez Capgemini DEMS.
Ceci afin que les salarié.e.s puissent disposer de cette 5e semaine de congés en fonction de leur besoin. Mais aussi avoir le loisir de poser sinon des CP mais aussi leurs RTT restants ou leurs congés d’ancienneté voir de ne pas poser de congés. La direction de l’entreprise s’y est toujours opposée, estimant qu’elle en avait le droit même si elle ne respectait pas l’article 25 de la Convention nationale collective « des bureaux
d’études techniques, des cabinets d’ingénieurs conseils et des sociétés de de conseils ».

Afin de contourner l’impossibilité de fermer l’entreprise entre Noël et le Jour de l’An, Capgemini DEMS a cru bon pouvoir imposer à toutes et tous les salarié.e.s la prise de la 5e semaine de congés payés.

La CGT Capgemini a donc dû saisir la justice qui vient de nous donner raison, dans un jugement du 5 novembre 2019 en annulant la décision unilatérale de Capgemini DEMS de mise en congés du personnel du 25 décembre 2019 au 2 janvier 2020 inclus et en reconnaissant le préjudice porté à l’intérêt collectif de la profession.

Il est à noter que si le Comité d’établissement a également saisi le tribunal, la justice a considéré son action irrecevable s’agissant de faire appliquer la Convention collective Nationale.

Nous ne pouvons que regretter l’inaction des autres organisations syndicales qui pourtant s’agitent sans jamais réellement faire valoir les droits des salarié.e.s de l’UES Capgemini.

 Et c’est bien grâce à l’action de la CGT Capgemini au Tribunal de Grande Instance de Nanterre, que l’intérêt de la collectivité des salarié.e.s est préservé.

Répondre à cet article