Egalité professionnelle : Bluff ou objectif ?

Vendredi 27 mars 2015, par Manu // Négociation collective

En ce 1er trimestre 2015, la négociation égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est terminée après 9 mois de négociation. Qu’en ressort-il de cet accord non signé par la CGT ?

Il s’avère que le but de cet accord n’est pas d’arriver à l’égalité professionnelle dans notre groupe, en dépit de la loi, ce qu’un budget de 6M€ aurait pu permettre, mais de faire du marketing publicitaire et de recevoir des prix tels que l’entreprise la plus éthique, et communiquer à l’extérieur que les femmes dans l’entreprise sont prises en compte et écoutées. Ceci n’est qu’un discours bien loin des faits !!

 Axe recrutement : objectifs

Contrairement à l’accord précédent qui fixait le taux de recrutement des femmes à 29% dans le groupe, l’objectif du nouvel accord n’est pas prédéfini mais fluctue en fonction d’un taux minimum calculé par rapport à une enquête non-représentative d’une association, ce qui n’engage nullement la direction à faire des efforts pour recruter les femmes.

 Axe parcours professionnel

L’entreprise a mis en place le développement de programmes et réseaux sociaux dédiés aux femmes dans le groupe (women@capgemini …). Il s’agit là d’un investissement qui concernera le haut du chapeau (Grade C) dans l’entreprise : quid de l’égalité pour toutes ? De plus, tant la sélection des mentors que des bénéficiaires est une prérogative de la direction qui a toujours refusé de communiquer ses critères. L’unique critère pour obtenir droit de cité pour une femme serait-il l’excellence ?
Un rapport d’expertise a pointé un taux de femmes ayant bénéficié d’une augmentation, inférieur à celui des hommes pour la même période. L’entreprise s’engage à un taux de promotion de femmes au moins supérieur à celui des hommes, mais elle ne s’engage pas à ce qu’il en soit de même pour les augmentations de salaire.

Même si la direction reconnait l’existence d’un écart salarial entre les femmes et les hommes, il n’en reste pas moins qu’en n’engageant un budget triennal de 1,5 million d’€ contre 6 millions d’€ préconisés par les experts, elle rejette de fait toute volonté d’atteindre une résorption totale des écarts historiquement cumulés au détriment des femmes. La CGT considère donc que les propositions édulcorées de la direction s’avèrent bien incapables d’approcher une réelle égalité salariale.

 Axe Parentalité

Malgré une négociation acharnée sur cet axe, les termes de l’accord restent bien en deçà des attentes des femmes et des hommes parents, salarié(e)s de Capgemini qui jonglent au quotidien.

Malgré les demandes des toutes les Organisations Syndicales durant cette négociation, la direction n’a pas donné suite ni à la demande relative aux crèches d’entreprises, ni à la demande d’accorder des jours d’absence rémunérés pour enfants malades, privilégiant une prétendue « offre » de garde occasionnelle probablement peu applicable aux réelles situations d’urgence, mais pour laquelle l’entreprise tire bénéfice des dispositions du crédit d’impôt famille.

La CGT souligne une fois encore que pour les salariés d’Euriware, c’est une régression. Pour l’ensemble des salarié(e)s du groupe, cela aurait pu être une grande avancée. La direction a manqué l’occasion d’émettre un signe fort de son réel engagement dans la voie d’une responsabilité sociale.

Qu’en est-il de l’égalité professionnelle dans notre entreprise suite à l’accord signé en 2011 ? Y a-t-il eu une avancée dans ce domaine depuis 4 ans ?

 ♀ Sponsoring des équipes sportives exclusivement masculines

Nous recevons régulièrement des mails nous indiquant que Sogeti et Capgemini soutient des équipes sportives masculines dont le fameux rugby masculin, mais jamais de sponsoring d’équipes sportives féminines. Pourtant, cette non égalité dans le sponsoring a été remontée à la direction, et nous avons demandé que le sponsoring ne soit pas exclusivement masculin mais également féminin. Il existe pourtant au niveau national, des équipes féminines qui brillent par leurs résultats.

Alors pourquoi, malgré un accord d’entreprise, nos dirigeants ne l’appliquent-ils pas ? Les femmes ne méritent pas d’être sponsorisées par Capgemini ? Elles ne sont pas assez excellentes ? Les dirigeants de notre groupe pensent-ils que les femmes de l’entreprise se retrouvent dans l’équipe masculine de rugby car c’est ce modèle qu’on leur impose ? La France a été désignée pour organiser la coupe du monde de foot féminin en 2019. Nous espérons que Capgemini saura trouver le temps et l’argent pour devenir un des sponsors de l’équipe de France …

 ♀ Journée de la femme

Bizarrement, la journée de la femme a disparu de la communication de notre groupe et s’est transformée en semaine de la diversité et un article sur Talent demandant aux femmes de s’exprimer sur leurs ambitions : 0 commentaire. L’article fait la promotion de l’ « égalité fondamentale entre les femmes et les hommes » et les actions menées par Capgemini, dont « la signature en 2011 d’un premier accord sur l’égalité professionnelle et de la charte de la parentalité, la réalisation d’un guide sur la parentalité, la participation à de nombreux évènements et notamment présence d’une trentaine de collaboratrices au Women’s Forum 2014, des actions de sensibilisation sur les stéréotypes de genre ».

Suite de l’article : « existence de freins souvent inconscients qui limitent les femmes dans leur progression de carrière ».

Quelle est la relation entre la diversité et la journée de la femme ? Quel est le rapport entre la journée de la femme et les actions de Capgemini dans le cadre de l’accord égalité professionnelle. Il existe un plafond de verre, … mais l’entreprise n’est-elle pas aussi responsable du fait que les femmes restent cantonner à des postes à faible responsabilité. Les femmes ne sont pas responsables de la stagnation de leur carrière.

Pourquoi rien n’est fait pour les femmes durant la journée de la femme ? Il existe pléthore d’idées pour mettre en valeur les femmes de l’entreprise lors de cette journée mais force est de constater que ce jour-là n’est pas une priorité pour l’entreprise. Pourquoi les femmes viendraient-elles travailler pour Capgemini si elles n’y sont pas reconnues ?

  Non aux discriminations, exigeons l’égalité professionnelle

Répondre à cet article