Négociation Egalité Professionnelle - Déclaration CGT

Mercredi 6 décembre 2017, par CGT CAPGEMINI // Négociation collective

 DECLARATION CGT CAPGEMINI A L’OUVERTURE DE LA NEOGOCATION EGALITE PROFESSIONNELLE

Vous nous convoquez ce jour pour proroger, de quelques mois, l’actuel accord égalité
professionnelle entre les femmes et les hommes qui arrive à échéance le 31 décembre 2017, soit dans 3 semaines.

Trois semaines, c’est vrai cela faisait peu pour renégocier un tel type d’accord
Quel message pensez-vous faire passer en gérant dans l’urgence cette échéance ? Pourquoi n’avoir pas ouvert des négociations dignes de ce nom, plus de 6 mois avant la fin de cet accord, signe d’une négociation loyale et sérieuse ?
Ne serait-ce pas un sujet assez important à vos yeux pour ne pas en faire une priorité ?

Ceci nous montre, encore une fois, le ton que vous allez apporter durant nos prochaines rencontres.
L’égalité professionnelle ne serait-elle qu’un support de communication à votre disposition ?

Pour la CGT, cela doit être une réelle démarche.
Associer égalité professionnelle entre femmes et hommes, parentalité et qualité de vie au travail, permet de tout mélanger,
d’éviter d’articuler intelligemment les sujets et fait croire que tous les sujets importants sont traités.

C’est une erreur de réduire, l’égalité à la garde des enfants ou au temps donné supplémentaire pour la gestion des tâches ménagère. Cette illusion d’agir pour l’égalité en traitant les femmes uniquement comme des mères, fragilise l’espoir de conclure un vrai accord égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

 L’égalité professionnelle est pour nous avant tout l’égalité salariale, c’est un prérequis incontournable tout comme le combat contre les violences sexistes et sexuelles qui sont au cœur des inégalités.

D’ailleurs Capgemini n’échappe pas aux comportements sexistes et violents envers les femmes. Nous vous renvoyons à vos responsabilités, et à votre obligation de résultat en matière de santé et de sécurité au travail. Il y en a plus qu’assez que les victimes de ces comportements délictueux soient finalement considérées comme responsables pour ne pas dire coupables.

Sachez que nous ne soutiendrons pas la demande de prorogation de cet accord que nous n’avions pas signé. Il est urgent que l’égalité, c’est-à-dire à travail égal, salaire égal, soit un sujet pris au sérieux.

Enfin, nous vous demandons de remettre l’ensemble des documents remis à la commission de suivi de l’accord égalité professionnelle, afin que les délégations soient toutes à un même niveau d’information.

Issy le Moulineaux le 5 décembre 2017.