Ingénierie Aéronautique - Baisse de l’emploi chez les sous-traitants d’Airbus : Une inquiétante réalité

Samedi 7 mars 2015 // Capgemini DEMS (Ingénierie)

Après l’arrêt des grands programmes avion du groupe AIRBUS dans le seul but de capter l’actionnariat flottant, le haut commandement du groupe a programmé, de 2014 à 2017, une baisse drastique de l’ingénierie au bureau d’études et, par ricochet, une baisse massive de l’emploi dans la sous-traitance. Les chiffres annoncés en 2014 par la coordination CGT de l’aéronautique s’avèrent exacts.

Elle a recensé les évolutions des effectifs de l’année 2014 des principaux sous-traitants où nous sommes présents (chiffres issus des Comités d’Établissement ou des registres du personnel).

La quasi totalité de ces sociétés ont chacune connu une baisse des effectifs en 2014 . Pour les autres elle est annoncée pour 2015.
Il ne faut donc plus parler d’inquiétude mais bien de réalité d’un plan social déguisé et sous-traité, tandis qu’AIRBUS surfe sur 8 ans de charge assurée tout en touchant les aides de l’état (CIR, CICE,…).

C’est pourquoi la Coordination de l’aéronautique réaffirme la nécessite d’états généraux de l’aéronautique en Midi-Pyrénées.

  • Comment ce secteur, le fleuron de l’industrie française, qui a un carnet de commandes fourni pour plusieurs années, qui reçoit massivement de l’argent public de l’État, l’argent du contribuable (CIR, CICE) et malgré des résultats financiers exceptionnels, peut-il supprimer autant d’emplois ?
  • Qu’est-il prévu pour accompagner les salariés vers d’autres métiers de l’aéronautique ou d’autres secteurs afin de ne pas perdre les compétences à moyen terme ?
  • Quelles sont les conséquences indirectes sur la métropole toulousaine et la région, sur les écoles qui forment des ingénieurs dans le secteur de l’ingénierie aéronautique ?

C’est pour obtenir des réponses à ces questions et à bien d’autres que la coordination a décidé d’aller à la rencontre des salariés dans leurs entreprises.
L’occasion aussi de parler de la difficulté et de la souffrance de salariés qui ont largement participé à la réussite des grands programmes d’Airbus : A380, A350, A400M et A320neo.

Ainsi, la coordination appelle à un rassemblement des salariés de Sogeti High Tech (groupe Capgemini) mardi prochain 10 mars à 12h15 à l’adresse suivante :

Sogeti High Tech Toulouse – AEROPARK
Immeuble Aéropark
3 chemin Laporte
31025 TOULOUSE

Cette société du groupe Capgemini connaît une réussite financière sans précédent. Il en est de même au niveau du groupe (cf. communiqué de presse du groupe Capgemini en pièce jointe).

CHIFFRES CLES 2014 :Chiffre d’affaires 10 573 millions d’euros +4,8% (2013) Marge opérationnelle 970 millions d’euros +13,2% (2013) en % du chiffre d’affaires 9,2% + 0,7% (2013)

"Les Services informatiques de proximité (Sogeti) (14,9% du chiffre d’affaires du Groupe) enregistrent une hausse de 1,1% du chiffre d’affaires sur l’ensemble de l’année 2014 à taux de change et périmètre constants ; le léger recul de l’activité en France est plus que compensé par une croissance dans l’ensemble des autres géographies, en particulier en Amérique du Nord. La marge opérationnelle est de 9,9% contre 10,6% en 2013.
Ce recul s’explique par l’intégration d’une partie de l’activité d’Euriware ainsi que par la faiblesse de la demande en provenance du secteur aéronautique.
"

Et pourtant aujourd’hui les salariés de Sogeti High Tech sont en souffrance : pressions de toute sorte, méthodes inacceptables pour dégoûter les salariés et les pousser à quitter l’entreprise par tous les moyens. Les salariés savent désormais que près d’un salarié sur six aura quitté l’établissement de Toulouse d’ici la fin de l’année. Mais toujours pas de PSE !

Les dépressions et arrêts maladies directement issus des pressions managériales se multiplient et le recours massif à la clause de mobilité des salariés fait qu’aujourd’hui les salariés viennent au travail la peur au ventre, dans la crainte de croiser leur manager.
A tel point qu’aujourd’hui la direction elle-même encourage la détection des salariés suicidaires... (cf. fiche réflexe en pièce jointe)

Enfin, le groupe Capgemini n’applique pas les décisions de justice lorsqu’il est condamné sur la façon dont il traite ses salariés. En effet la direction refuse de rendre rétroactivement les jours de congés qu’elle a abusivement confisqués aux salariés à temps partiel, ce que la justice française a qualifié d’illicite.
Voilà l’impact sur l’humain des très bons résultats affichés dans les communiqués de presse d’un groupe qui met en avant sa charte éthique et bien loin des valeurs affichées du groupe telles que l’honnêteté, la confiance, la solidarité ou le plaisir...

Voilà également l’impact sur l’emploi des ventes exceptionnelles d’Airbus, groupe désormais plus financier qu’industriel, qui prétend créer des milliers d’emplois par an et qui en réalité pousse ses sous-traitants à en détruire de façon déguisée et inhumaine.

Cette situation de réduction des effectifs et de souffrance au travail n’étant pas spécifique à Sogeti High Tech et au groupe Capgemini, d’autres AG auront lieu prochainement dans d’autres entreprises de la Coordination CGT de l’aéronautique. La coordination vous tiendra informés de ces rassemblements.

La Coordination CGT de l’aéronautique
Les sociétés sous-traitantes d’AIRBUS se sont regroupées pour former la coordination CGT de l’aéronautique Midi-Pyrénées :
AIRBUS - AIRBUS DEFENCE AND SPACE - AEROCONSEIL - AKKA - ALTRAN - ASSYSTEM - ATOS - AUSY - CAPGEMINI - CIMPA - GFI - IBM - LATECOERE SERVICES - MANPOWER - OSIATIS-ECONOCOM - POLYMONT - SAFRAN - SOGETI HIGH TECH - SOPRA – STERIA

Toulouse, le 06 mars 2015