TOUTES ET TOUS EN GREVE LE 10 MAI !

Dimanche 7 mai 2017, par Manu // UES Capgemini

  • Bénéfices Capgemini pour 2016 : 921 millions d’euros.
  • Versements de dividendes : 228 millions d’euros en 2015
  • CICE/CIR : 88 millions que l’état français a donné au groupe Capgemini pour créer des
  • emplois en France, soit 190 millions d’euros en 3 ans  ! Pour combien d’emplois de créés ?
  • Rachats d’actions :340 Millions d’euros en 2016, en continuation (programme de rachat pour 600M)
  • La participation aux bénéfices diffère selon la société du groupe (liée au résultat net fiscal). Pour 2016, Capgemini TS, Capgemini France, Prosodie et Capgemini Consulting se partageront 6,2 millions d’euros. Rien, pas de participation, pour les autres sociétés du groupe (Sogeti, Cap OS...)

L’enveloppe consacrée aux augmentations individuelles diffère selon la société du groupe. En pourcentage de la masse salariale :

  • Sogeti High Tech : 0,92% ;
  • Capgemini ATS-INFRA : < 1,5 % ;
  • Capgemini TS et Prosodie : 1 ,8% ;
  • Capgemini Consulting : > 3% ;
  • Les augmentations individuelles touchent environ 40% des salariés.
  • 60% des salariés ne sont donc pas augmentés.
  • Augmentation de 5,2 millions d’euros pour les 25 cadres dirigeants, soit +17%.
  • Les rattrapages « NAO » distribuent quelques miettes aux salariés non augmentés depuis 2 ans, 0,09% de la masse salariale. (soit 3,8€/mois en moyenne) soit au total une enveloppe de 1 million pour 22 000 salariés.
  • Le « rattrapage », au titre de l’égalité femme/homme, distribue quelques miettes aux salariées 0,04% de la masse salariale.

Les revendications de la CGT Capgemini :

  • Nous demandons une augmentation annuelle pour toutes et tous de 1 000€
  • Nous demandons que le salaire minimum pour un cadre soit au niveau du PMSS
  • Nous demandons une enveloppe de 6 millions d’euros pour supprimer les différences de salaire entre femmes/hommes pour une réelle égalité professionnelle
  • Nous demandons de répartir égalitairement la participation aux bénéfices de Capgemini, quelque soit l’entreprise d’appartenance
  • Enfin nous demandons l’arrêt des transactions avec AXA, qui en augmentant les cotisations et en abaissant les prestations de la complémentaire santé, s’attribue une part de profit sur le dos des salariés du groupe.

Répondre à cet article