Belgique : Nous ne sommes pas seuls à lutter contre une loi travail régressive et pour des alternatives de progrès social !

Mercredi 1er juin 2016, par Furyo // L’actualité Sociale

Mardi 24 mai, près de 80 000 manifestants se sont mobilisés à Bruxelles contre le projet de Loi Travail (projet Peeters) Ce projet a le même objectif qu’en France, il est un outil pour accélérer la politique d’austérité mise en œuvre en Europe et fondée sur la baisse du soit disant « cout du travail » et pour imposer une flexibilité généralisée.

 De quoi s’agit-il ?

Durée du travail :
Ce projet se propose de calculer la durée du travail sur une base annuelle, voire au-delà et ainsi de s’attaquer à la semaine de 38 heures.
Il est ainsi prévu la possibilité d’étendre pour tous le nombre possible d’heures supplémentaires à 143 heures avant de pouvoir récupérer. Un quota auquel s’ajouteraient 100 heures exigibles sans motivation pour certains secteurs d’activité, sans concertation et éventuellement sans récupération.
Au final ces heures seraient payées ou mises en compte sur un obscur « compte épargne carrière ».
Concrètement cela signifie que l’horaire moyen de travail va passer de 38 à 40 heures par semaine, voire 45 et plus si on y ajoute les heures supplémentaires possibles au- delà des 143 h selon les conventions de secteurs professionnels.

Protection des salariés :
Il est prévu de reculer à 22 h (au lieu de 20h) le début du travail de nuit.
La protection particulière pour les jeunes et les femmes enceintes disparaît.

Délai de prévenance :
Il est prévu que l’employeur puisse modifier le temps du travail des salariés à temps partiel au jour le jour …
Toutes ces modifications peuvent être imposées sans accord sectoriel. Il suffit qu’une organisation (éventuellement patronale) pose la question dans la commission paritaire de branche, pour que ces modifications puissent être activées au niveau de l’entreprise.

 Quelles propositions des organisations syndicales ?

Les trois confédérations syndicales (Fédération Générale du Travail de Belgique –FGTB-, Confédération des Syndicats Chrétiens -CSC-, Confédération Générale des Syndicats Libéraux de Belgique –CGSLB-) et les organisations de jeunesse sont mobilisées et unies
Elles exigent ensemble des alternatives reposant sur un modèle sociétal et une fiscalité justes, avec des services publics de qualité, une protection sociale solide, le respect de la concertation sociale et de la liberté de négociation.
La FGTB propose de réduire collectivement le temps de travail, avec maintien du salaire et embauches compensatoires, mesure qui permettra de créer de l’emploi pour tous.

 Quelles perspectives de mobilisations ?

  • Mardi 31/05/2016 : manifestation des services publics en front commun soutenue par le privé
  • Du 20/06/2016 au 24/06/2016 : sensibilisation dans les entreprises
  • Vendredi 24/06/2016 : grève nationale FGTB
  • Jeudi 29/09/2016 : manifestation fédérale interprofessionnelle en front commun
  • Vendredi 07/10/2016 : grève générale en front commun

Montreuil le 31 mai 2016.

Répondre à cet article