Les bons résultats du groupe Capgemini en 2015 ne profiteront encore une fois qu’aux actionnaires

Communiqué de presse

Mercredi 2 mars 2016, par Manu // UES Capgemini

Montreuil, le 1er mars 2016

Le 18 février dernier, Paul Hermelin, PDG du groupe Capgemini se fendait d’un communiqué de presse, envoyé également à tou-te-s les salarié-e-s, se félicitant des bons résultats du groupe.

Que dire ? Bien entendu, la CGT ne va pas s’en désoler. Mais surtout la CGT tient à souligner que ces bons résultats sont dus au seul travail de l’ensemble des salarié-e-s du groupe.

De cela, bien entendu, il n’en est jamais question dans ce communiqué de presse dont l’indécence des détails financiers ne peut que nous révolter.

Les dividendes seront augmentés de 0,15€ par action. Quelle aubaine pour les actionnaires… Qui voient ainsi leurs dividendes augmenter de 12,5 % pour cette année.

Comme un hasard n’est jamais totalement fortuit… Remarquons que cette année l’enveloppe consacrée aux augmentations de salaires a subit une baisse de 12,5 %

La priorité de la rétribution de ces bons résultats n’est donc pas accordée à celles et ceux qui ont œuvré jours et nuits, bien souvent au mépris de leur vie personnelle, pour le groupe Capgemini. Non, la priorité est de continuer à engraisser
celles et ceux qui profitent du travail des autres, leur demandant toujours plus de sacrifices pour leur rente personnelle, les actionnaires.

Mais cela ne suffit pas à ces braves gens improductifs. Non, Paul Hermelin annonce vouloir « neutraliser la dilution entraînée par les programmes d’actionnariat salarié et les instruments de motivation de ses employés ». Belle formulation pour dire que cette année les augmentations de salaires ne seront encore une fois pas au rendez vous, mais que 150 millions d’euros seront consacrés au rachat d’actions qui seront détruites afin de faire monter le cours… Voilà la vraie raison.

Encore plus d’argent pour faire plus d’argent, voilà la seule motivation.

Comparons ces 150 millions d’euros sacrifiés sur l’autel du capitalisme financier aux 6 millions d’euros qui seraient nécessaires (montant estimé par l’expert au CCE) afin de supprimer les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes dans le groupe.

Mais cela n’est pas dans leur stratégie, ils nous l’ont déclaré sans ambages par la voie du DRH groupe : « Nous n’avons pas pour ambition de supprimer l’inégalité, nous voulons la réduire d’ici 6 ans [..] C’est la stratégie financière du groupe...  »

Les augmentations de salaires cette année ne concerneront au mieux que 3000 salarié-e-s sur les 20000 oeuvrant en France, et encore, ils se partageront une maigre enveloppe de 0,8 millions d’euros.

Nous avons estimé cette gratification exceptionnelle à deux pizzas et un café par mois.

 QU’EST CE QU’ON DIT ? MERCI PATRON ?

 CERTAINEMENT PAS !